La Serbie, porte d’entrée sur les Balkans occidentaux

News Blog de l'Export

La Serbie, porte d’entrée sur les Balkans occidentaux

La Serbie, porte d’entrée sur les Balkans occidentaux

Après plusieurs années de crise, la Serbie renoue avec la croissance. Candidat officiel pour devenir État membre de l’Union européenne d’ici 2020, le pays se transforme et entend devenir incontournable dans toute stratégie export vers les Balkans occidentaux.
 
L’économie de la Serbie reprend du poil de la bête. D’abord désigné dans les années 2000 comme le « Tigre des Balkans », cet état - le plus important en population et en superficie de l’ex-Yougoslavie - avait été durement touché par la crise entre 2008 et 2014.

Depuis 2015, les signes de reprise se multiplient et son économie redevient l’une des plus dynamiques de la région. Selon les prévisions du FMI, régulièrement revues à la hausse, la croissance pour 2016 devrait atteindre 2,5 % (contre 0,7 en 2015). 

« Grâce à l’afflux d’investissements étrangers et au soutien d’importants bailleurs de fonds, au premier rang desquels l’Union européenne, le pays commence à se redresser », confirme Pierre Lignot, Directeur Pays, en charge de la Serbie chez Business France. 

Sur la feuille de route des autorités serbes : un programme d’assainissement budgétaire, des reformes sectorielles et la modernisation de ses infrastructures. « A un rythme soutenu, Belgrade entend bien honorer les engagements nécessaires à son adhésion à l’Union européenne à l’horizon 2020 », précise Pierre Lignot.


Des opportunités pour les entreprises françaises
Dans cette économie en rattrapage, Business France a identifié six secteurs porteurs pour les entreprises françaises :
L’agriculture et l’industrie agroalimentaire : les besoins prioritaires portent sur les machines agricoles, les systèmes d’irrigation, l’alimentation animale, ou l’amélioration de la génétique bovine. Des opportunités existent aussi dans le domaine des équipements de transformation des produits (lait, fruits, légumes).

Les infrastructures de transport
: parmi les chantiers en cours figurent la rénovation des corridors routiers transeuropéens, la refonte du réseau ferroviaire ou encore les projets liés à la construction du métro de Belgrade.

L’automobile
: le secteur automobile, moderne et en plein développement, est celui qui offre le plus grand nombre de projets d’investissement.

L’environnement
: dans le cadre de son rapprochement avec l’Union européenne (et de ses normes), la Serbie va allouer des fonds importants à des projets de traitement des eaux et des déchets et prévoit le remplacement de ses industries polluantes par des énergies renouvelables (ENR).

Les nouvelles technologies
: les NTIC figurent parmi les piliers de l’économie serbe. De plus en plus d’entreprises s’y implantent pour bénéficier du savoir-faire local en matière de services informatiques et de développement logiciel.


Hub économique régional
Pour les entreprises françaises, la Serbie offre un environnement tout à fait favorable, ainsi résumé par Pierre Lignot : « Un pays francophile de longue date, une main d’œuvre qualifiée, un coût du travail faible, une fiscalité plutôt attractive et une bonne pratique de l’anglais. Carrefour stratégique entre l'Europe de l'Ouest et l'Europe de l'Est, la Serbie constitue aussi une plate-forme commerciale idéalement située, à deux heures de Paris, pour déployer son activité vers le reste de la Région, Macédoine et Monténégro en tête ».


Un Atelier rencontre Serbie, le 15 septembre 2016 à Paris
Pour en savoir plus sur cette destination, les entreprises peuvent se rendre à un Atelier d’information organisé par Business France, à Paris, le 15 septembre 2016.
Au programme : des conférences, des témoignages d’entreprise, des tables-rondes sectorielles et des rendez-vous d’affaires qui permettront aux candidats à l’export de rencontrer une délégation d’entreprises serbes afin de nouer de premiers contacts.

>> Information & inscription en cliquant ici


  • Publié le 07/07/2016
  • Catégorie: Europe