Singapour, ville laboratoire des nouveaux systèmes de transports

News Blog de l'Export

Singapour, ville laboratoire des nouveaux systèmes de transports

Singapour, ville laboratoire des nouveaux systèmes de transports

Grâce à un volontarisme politique et économique, Singapour est aujourd’hui l'une des villes les plus attractive au monde. 

L’an dernier, Singapour annonçait un nouveau grand programme de modernisation de ses industries "Industry Transformation Programme", décliné en 6 plans d’action : les Industry Transformation Maps – afin d’améliorer significativement sa productivité, son internationalisation, son innovation et la qualification de sa main d œuvre. 


Des moyens au service d’une ambition : devenir la première nation intelligente au monde

Singapour fait face à une pénurie de main d’œuvre importante liée au faible taux de natalité et à une politique plus restrictive d’immigration. L’industrie des transports, intégrée au plan pour le développement des activités de commerce et de la connectivité de l’île, ne fait pas exception.

Renforçant ainsi le master plan dédié aux transports de 2013 - dont le « Smart Mobility 2030 », le plan de transformation des transports terrestres vient affiner les orientations choisies et précise les besoins technologiques.


Un développement du réseau des transports publics  

Singapour a choisi de limiter sur son territoire le nombre de véhicules et les achats de voitures sont doublement surtaxés. La cité-Etat investit dans un développement rapide et efficace de son réseau de transport public avec pour objectif que 75% des trajets en heures de pointe, et 85% des trajets de moins de 60 minutes soient effectués en transports publics à l’horizon 2030.

Les moyens sont significativement accrus avec l’ouverture de nouvelles lignes et l’augmentation du nombre de bus et métros. L’autorité des Transports, la LTA, a annoncé un investissement de 60 Mds SGD (40 Mds EUR) afin de doubler le réseau ferroviaire singapourien pour atteindre les 360 km d’ici 2030. De plus, la LTA prévoit d’ajouter 99 trains entre 2016 et 2019, augmentant ainsi la flotte existante de plus de 50%. 

Enfin, le projet de ligne à grande vitesse entre Kuala Lumpur et Singapour en 90 minutes est finalement lancé et devrait voir le jour en 2026.


Des collaborations publiques-privées pour les véhicules autonomes

Mais l’effort le plus important est bien tourné vers la technologie. Le développement technologique a un rôle moteur dans l’évolution des transports à Singapour.

Les véhicules autonomes et connectés sont au cœur de la recherche avec de très nombreuses initiatives. En collaboration avec le secteur privé, le gouvernement initie des programmes destinés à développer ces véhicules intelligents et modes de transports alternatifs. 

Singapour a ainsi mis en place un comité géré par le Ministère des transports, le CARTS (Committee on Autonomous Road Transport for Singapore) chargé de coordonner ces initiatives et notamment les nombreux projets de partenariats entre universités, agences publiques, centres de recherche et industriels. C'est le cas du CETRAN (Centre d’excellence de test sur les véhicules autonomes), démonstrateur créé en partenariat avec une université et plusieurs industriels qui accueille et porte des projets sur les véhicules autonomes.


4 grandes priorités pour les véhicules autonomes

Les bus et navettes autonomes sont le premier sujet d’étude pour les trajets fixes. Parmi les initiatives en cours, l’université singapourienne NTU, Volvo Buses et l’opérateur SMRT, vont tester sur le démonstrateur CETRAN deux bus électriques autonomes en 2019. Depuis 2017, NTU travaille également avec NXP sur les technologies de communication « V2X » pour les véhicules connectés. ST Kinetics et l’université NUS développeront des solutions de bus autonomes (40 places) en partenariat avec l’autorité des transports, la LTA, sur l’île industrielle Jurong Island d’ici fin 2020. ST Engineering développe également un projet de navettes autonomes sur l’île de Sentosa.

Plusieurs initiatives de véhicules autonomes sont lancées pour les trajets à la demande : à l’instar de Nutonomy, qui a lancé les premiers tests de ses taxis autonomes en partenariat avec Delphi. 

Concernant le fret et la logistique des initiatives de Truck platooning sont en cours dans le port de Singapour avec l’opérateur portuaire PSA et à Jurong Island, pour des convois de camions sans conducteurs. Le logisticien belge Katoen Natie teste lui aussi 12 camions autonomes sur Jurong Island.

Les services urbains sont également concernés : Singapour et son agence de l’environnement (NEA) recherchent activement des solutions de véhicules autonomes et connectés pour la collecte de déchets et le curage. 


Les atouts de la France

La France bénéficie d’une aura toute particulière : la présence de nombreuses entreprises françaises dans les projets le démontre. On peut citer Navya en test dans un business park, EasyMile dans un jardin public, ou Bolloré avec son système d’autopartage de voiture électriques BlueSG. D'autres projets de recherche sur les transports intelligents se développent à l’instar d’Airbus et son projet de drones livreurs de colis Skyways, en collaboration avec une université singapourienne.


Malgré une taille de marché limitée, Singapour reste aujourd’hui un territoire incontournable et un écosystème rêvé pour qui veut tester de nouvelles solutions. Singapour inspire également la plupart des pays de la région dans leurs projets de développement.


Publié par Karine GRESSET-COGNON, Chef de Pôle Industrie & Cleantech du bureau Business France de Singapour

  • Publié le 16/05/2018
  • Catégorie: Asie